144 pages dont 55 photographies - 20/30cm – 800 gr – façonnage très haute qualité – série limitée

 
 

Le caractère inépuisable du murmure

Emmanuel Bing - Jos Tontlinger

photographie

littérature

1:00

Dernière mise à jour : lundi 28 octobre 2013

CONTACTLes_auteurs.html

144 pages dont 55 photographies
20/30cm – 800 gr – façonnage très haute qualité

tirage limité

 
 

C’est l’histoire de deux psychanalystes, Jos Tontlinger et Emmanuel Bing, l’un de Bruxelles et l’autre de Paris. L’un est aussi photographe et l’autre est aussi écrivain. Ils se sont échangés durant un an photos et textes, par étapes successives ayant pas à pas construit une écriture commune, très singulière. A l’arrivée, ce n’est ni seulement un livre de photos, ni seulement un roman, mais les deux à la fois, un objet étonnant et inédit de croisement, d’imbrication.

May

le livre objet

La photographie profonde, obscure, tentaculaire, abrupte de Jos Tontlinger,  le texte d’Emmanuel Bing, labyrinthique, rude, cru, dans l’immédiateté d’un je de  l’errance dans le temps et sur le sol, font de cet ouvrage à entrées multiples un objet  d’art et de sens dans lequel le lecteur-spectateur apprendra, comme on le fait d’un dédale, par quels détours il s’agit de s’orienter, et comment il est parfois possible de trouver une issue là où il semble ne pas y en avoir.

Il y avait eu l’errance longue, celle d’un survivant, c’était comme cela que j’étais à ce moment-là, rien, absolument rien d’autre qu’un type jeté hors de lui-même dans le hors-vie du sol. Je n’étais pas un violent, seulement peut-être un peu encombré de moi-même, dans la cruauté des fantasmes et l’éphémère du sens.

Je marchais le monde et j’allais là où les pas me menaient, je visitais les paysages et les villes. J’avais l’œil photographique. La vie était un road movie sans fin. Même s’il allait bien falloir qu’il y ait une fin. Je regardais toujours la vie comme un film, sans y être vraiment totalement présent. Quelque métier que je fisse, j’étais toujours en partance, dans un ailleurs à moi-même, une excroissance de l’âme. Il y avait les souvenirs. Ceux qui me tourmentaient. Ceux qui ne me tourmentaient pas. Une grande partie avait enfin perdu sa virulence, et c’était comme si j’étais un peu mort.


Cette voix du sensible que l'on entend au fil des pages, et le regard acéré, rugueux du photographe, invitent à se fier encore et toujours au caractère inépuisable du murmure.